Sunday, August 26, 2012

Crédibilité des cadres financiers

Mise-à-jour: J'ajoute le coût du gel des tarifs d'électricité, proposé par le PQ, mais ne figurant pas dans son cadre financier.

Dans un billet précédent, j'ai comparé les cadres financiers des trois principaux partis en acceptant leurs chiffres. Mais ces chiffres sont-ils crédibles?

En général, les partis politiques chiffrent bien le coût de leurs engagements spécifiques: il n'y a pas vraiment possibilité de jouer avec le coût d'une place en garderie ou d'un crédit d'impôt, par exemples. On peut donc être assez confiant qu'effectivement, le PLQ a fait environ 1 milliards de promesses, le PQ 2 millards (mais 3-4 milliards avec le gel des tarifs d'Hydro), et la CAQ 3-4 milliards.

Ça se gâte un peu lorsqu'on examine les revenus générés par les augmentations d'impôts. En général, on assume que bien qu'un taux d'imposition augmente, la base taxable ne change pas. Cela peut être problématique: par exemple, si on taxe trop une minière, elle peut décider de cesser ses opérations; les gens et les entreprises peuvent déménager ou décider de travailler ou d'investir moins. Les 194 millions nets que le PQ veut percevoir des minières sont donc douteux. Il en va de même pour les 416 millions que la CAQ compte récupérer par la réduction de moitié de l'inclusion partielles des gains en capital puisque le PQ, qui propose la même mesure, ne compte récupérer que 255 millions. Match nul, donc, entre la CAQ et le PQ. Le PLQ n'est pas sujet à ce problème, puisqu'il ne propose pas d'augmentation d'impôt.

Mais la portion des cadres financiers qui suscite le plus de doutes, c'est la réduction de la croissance des dépenses sur les programmes existants. En effet, le dernier budget ne prévoit qu'une augmentation moyenne de 3% au cours des cinq prochines années, ce qui est à peu près égal à la somme de l'inflation et de la croissance de la population. Cela est déjà très optimiste, puisque le vieillissement de la population entraînera une croissance encore plus rapide des dépenses en santé.

De ce côté, la CAQ prévoit des économies de 2,1 milliards de dollars. De la pensée magique, dit le PQ, qui propose pourtant, à terme (en 2017-18), de couper 2 milliards lui-même en limitant le taux de croissance à 2,4%! On peut voir que la CAQ et le PQ prévoient des coupes similaires, mais la CAQ a au moins un plan, aussi imparfait soit-il. Cependant, la CAQ propose additionnellement de couper 0,6 milliards dans les dépenses des organismes non-budgétaires. Encore une fois, je dirais match nul entre la CAQ et le PQ. Le PLQ est plus réaliste, ne proposant de couper que 0,7 milliards.

Finalement, la CAQ a fait une chose que les autres partis n'ont pas fait: déclarer que les prévisions du budget en matière de revenus sont trop pessimistes. (En fait, il semblerait que la croissance économique cette année soit moins forte que prévue dans le budget.) En 2017-18, cela donne 1,5 milliards de plus à la CAQ, sans aucun effort! Soit la CAQ a tort, dans lequel cas il y a un manque à gagner, soit elle a raison, dans lequel cas le PQ et le PLQ ferait un beau surplus!

Au final, on constate que le PLQ a les chiffres les plus crédibles et prudents, suivis du PQ, et finalement de la CAQ. Cependant, si Pauline Marois a raison que les coupes de 2,1 milliards de la CAQ sont de la "pensée magique", ses propres coupes de 2 milliards le seraient aussi. Est-ce pour cela que le PQ n'a pas dévoilé son cadre financier avant les débats?

En enlevant tous les chiffres douteux que j'ai répertoriés ci-dessus, les coûts nets réels des engagements sont les suivants:
PQ: 1,0 milliard (mais 2,6 milliards avec le gel des tarifs d'Hydro)
CAQ: 3,1 milliards
PLQ: 1,1 milliards
On peut cependant croire que la CAQ va probablement réussir à couper plus que le PQ ou le PLQ, même s'il n'atteint pas son objectif de 2,1 milliards. L'écart entre la CAQ et les deux autres partis devrait donc être moins élevé qui ces chiffres n'indiquent, et la CAQ pourrait même faire mieux que le PQ.

À noter que pour faire les contributions prévues au Fonds des générations, il fallait plutôt créer un excédent de 0,9 milliard...

Il faut préciser que malgré des chiffres relativement crédibles, le cadre financier du PLQ n'est pas pour autant fiable. Comme je l'ai mentionné précédemment, même si toutes les projections des libéraux se réalisent, le PLQ ne parviendra pas à contribuer les montants prévus au Fonds des générations sans faire de déficit, comme il le prétend. La CAQ, qui a le même objectif, n'y parviendra que si ses coupes se matérialisent ET si les revenus du gouvernement croissent plus rapidement que dans le budget. Le PQ a tout simplement abandonné le Fonds des générations, anticipant qu'il n'y aura pas assez d'argent pour faire les contributions prévues à ce Fonds; avec le gel des tarifs d'Hydro, c'est le cas même s'il implémente les coupes promises.

No comments: